CollaboPM_C.gif (5782 octets)                                                                      2-La Personne
Neurosciences du Comportement     (12) 
                                


" L'agressivité détournée " (Retour: Plan)            
    ExplorerGlF.gif (1586 octets)   sound2notes.gif (221 octets) Bach (Invention No6 Part2) (8k)

notes 12: Épilogue    extraits (pages)

Mécanismes de l'agressivité
Facteurs déclenchant l'agressivité
Solutions au problème actuel d'agressivité

    On s'intéresse de plus au plus au problème de l'agressivité, problème fondamental du monde contemporain : agressivité individuelle, des groupes, des États.
    Il paraît nécessaire de distinguer les mécanismes biologiques et neurophysiologiques de l'agressivité, de sa finalité, et de ses facteurs avant de décider qu'elle est nécessaire comme beaucoup le pensent encore.

Mécanismes de l'agressivité
1- Met en jeu essentiellement l'hypothalamus (le cerveau le plus ancien, appelé cerveau reptilien).
    Finalité : survie de l'organisme dans son ensemble (réaction de lutte envers le milieu).
2- Présence du système limbique (le cerveau des vieux mammifères).
    Lui donne sa tonalité affective : recherche de la domination sexuelle (ensemble affectif inconscient paléocéphalique, base de la reproduction, du besoin d'être aimé, admiré)
3- Ajout du cortex associatif (le néocortex chez l'Homme).
    Imaginaire : représentation de situations pas encore vécues (construction à partir d'expériences antérieures pas nécessairement agressives).
    La crainte d'un avenir sans sécurité fournit au vieux cerveau matière à mobiliser les moyens de lutte organique.
    La vie en société ne permet pas à ceux-ci de s'extérioriser. L'agressivité refoulée, réprimée par des automatismes sociaux, deviendra source principale d'affections psychosomatiques.
    L'impossibilité d'évitement par fuite rendra le climat des relations interhumaines tendu, violent et accepté comme tel (prétextes de concurrence, compétivité. etc.)
    Un simple jugement de valeur transforme un automatisme primitif (lutte) en qualité nécessaire. (178)

Facteurs déclenchant l'agressivité
1-
Urbanisation, impossibilité de l'évitement
    Rivalités et luttes entre hordes du néolithique entraînaient la fuite du plus faible vers un autre territoire. Solution interdite aujourd'hui. 
2- Division du travail et aliénation au groupe social
    Sécurité mieux assurée qu'aux époques précédentes et longévité accrue. L'agressivité, non dirigée vers le milieu inanimé, se tourne vers l'homme contemporain qui devient l'obstacle à la domination, à la réalisation des désirs individuels et inconscients. L'autre est l'ennemi à détruire alors que les lois sociales s'y opposent.
    L'individu seul, ne pouvant assouvir son agressivité contre l'ensemble social, s'unit à ceux que leur niche rapprochent de lui. Les groupes sociaux surgissent et leurs antagonismes permettent l'expression d'une agressivité qui camoufle l'individu. (179)

Solutions au problème actuel d'agressivité
     Les moyens de défense, fuite ou lutte, sont généralement dangereux quand l'agression ne peut être évitée. L'agressivité de l'homme primitif pour se défendre dans un milieu hostile est aujourd'hui inefficace puisque l'agent agresseur a changé.
    L'exploitation de l'homme par l'homme est un fait sociologique qui demeure et sa source réside dans l'agressivité paléocéphalique. Il paraît biologiquement absurde d'espérer faire disparaître l'exploitation de l'homme en conservant sa source céphalique. Le seul résultat d'une telle tentative a été la naissance de la bureaucratie.     
1- Solution pharmacologique
   Il est maintenant possible d'agir sur l'hypothalamus pour en déprimer le fonctionnement et diminuer ou supprimer l'agressivité (chute du tonus agressif). Les tranquillisants (ex. chlorpromazine) entraînent une sensation de quiétude qui remplace l'anxiété d'une agressivité refoulée par les interdits sociaux.
   
On peut opposer cependant à cette solution que le "désintéressement" (nouvel état comportemental) est susceptible de diminuer l'imagination et la créativité. L'expérience montre qu'avec certains tranquillisants et à certaines doses il n'en est rien. Le fonctionnement du cerveau associatif n'est pas obligatoirement déprimé par la dépression de celui du cerveau reptilien.
2- Solution psychosociologique
   Orienter l'agressivité de l'homme contemporain vers une forme nouvelle de lutte, la découverte de solutions neuves aux problèmes dans tous les domaines. Cette motivation puissante pourrait ouvrir une ère nouvelle pour l'humanité.
    Tant que chacun de nous restera enfermé dans ses problèmes environnementaux immédiats, il y a peu d'espoir que ce jour arrive. Cependant, l'accélération croissante de diffusion des informations, leur planétisation, tendent, jour après jour, à généraliser les problèmes fondamentaux et à noyer les problèmes personnels dans ceux-ci. (181)


Accueil