CollaboPM_C.gif (5782 octets)                                                             2-La Personne
Neurosciences du Comportement  (00)
    (Retour Plan)           


APERÇU

    Aujourd'hui comme hier, les idées n'ont pas la prétention de monopoliser la vérité. Nul esprit scientifique ou simplement conscient de la complexité des faits humains n'est assez naïf pour croire que celle-ci puisse être enfermée dans un langage. Et, pourtant, la dialectique de ce langage, celle du processus de la pensée qui se cherche, oblige à figer dans les mots des idées mouvantes, parcelles, dont la principale qualité consiste à éveiller les contradictions.

    Adepte d'une certaine discipline, celle des sciences de la vie, j'essaie d'appréhender les faits humains avec l'instrument dont je me sers tous les jours. Cette attitude me conduit parfois à voir ces faits humains sous une lumière qui peut déplaire à toute personne dont le système nerveux est déjà fortement structuré par son expérience antérieure de la vie.
    Ma vision est peut-être fausse mais les visions antérieures le sont peut-être aussi. Et puis, la vérité, ou prétendue telle, n'est jamais monolithique. Elle est fragile et changeante.

    Il faut lire cet essai en le comprenant comme une tentative de structuration autre, à partir d'informations souvent incomplètes mais différentes, motivées par un déterminisme unique, le mien, comme est unique le déterminisme génétique, sémantique, social et culturel de chaque lecteur qui voudra bien en prendre connaissance.
    Je souhaite que son système limbique, autrement conditionné que le mien, ne submerge pas son comportement de jugements de valeurs.

    Deux mots reviendront fréquemment : structure et finalité :
    La structure est pour moi « l'ensemble des relations existant entre les éléments d'un ensemble ». Structurer consiste à tenter d'établir l'ensemble de ce ces relations. Comme l'ensemble des relations entre les éléments d'un ensemble est souvent hors de portée de notre connaissance, le mot « structure » désignera souvent des structures imparfaites, des sous-ensembles ou des parties de l'ensemble des relations.
    Le terme « finalité » ne fait appel à aucun finalisme dans le sens philosophique du mot. Son contenu sémantique est emprunté pour nous à la cybernétique. Un effecteur, c'est-à-dire tout mécanisme assurant la réalisation d'une « action », d'un « effet », est orienté vers un but car il a été programmé de façon à l'atteindre. (L'oeil est fait pour voir.) La cybernétique se définit comme
« l''art qui permet à un effecteur d'assurer sa finalité » .

Henri Laborit, M.D.

Extraits de « L'homme imaginant » (H. Laborit)


Accueil