CollaboPM_C.gif (5782 octets)
1998                                                                                                            3-Vie


Arthur Koestler

Potins d'Uranie /  Al Nath

Arthur Koestler est décédé au début de mars dernier à son domicile de Londres à l'âge de 77 ans. Né à Budapest en 1905 dans une famille juive de condition moyenne, étudiant à Vienne, romancier, journaliste, essayiste, Koestler publia d'abord en allemand, puis en anglais à partir de 1939.

Pro-, puis anti-sioniste, pro-, puis anti-communiste, Koestler vit ses écrits vilipendés et interdits par Hitler et Staline. Envoyé par le Daily Chronicle sur les fronts de la guerre civile espagnole de 1936, il échappa à une condamnation à mort grâce à un échange avec une personnalité franquiste.

Après avoir participé à une expédition arctique en dirigeable, il fut surpris par la seconde guerre mondiale à Paris où il avait fondé une revue anti-nazie et anti-soviétique. Après deux internements, il réussit à gagner Londres et servit ensuite dans les armées française et britannique.

Un tel homme avait certainement beaucoup d'expériences à conter et à partager. Si certains ont reproché à Koestler d'avoir eu une variété d'attitudes politiques, morales et intellectuelles, nul n'a pu l'accuser d'hypocrisie. C'est par fidélité à ses principes qu'il s'était retrouvé en 1924 dans les Kiboutz de Palestine, en 1931 dans l'Allemagne tourmentée et, un peu plus tard, dans l'Union Soviétique stalinienne.

C'est aussi la fidélité à ses principes face à la maladie qui a amené sa mort, conduisant lui-même (suivant ses propres termes) sa fusion dans la conscience cosmique telle la rivière se jetant dans l'océan.

Le but de ces quelques lignes n'est cependant pas de faire une notice nécrologique détaillée, ni une critique littéraire élaborée.

L'oeuvre de Koestler (une quarantaine d'ouvrages dont six romans, de nombreux articles et d'importants reportages) est pourtant digne d'intéresser à plus d'un titre les lecteurs du Ciel.

Koestler fut fasciné par le phénomène de la créativité scientifique qu'il tenta d'expliquer et qu'il mit souvent en parallèle avec la créativité artistique. Le Cri d'Archimède et l'autobiographique Quête de l'absolu rassemblent les conceptions essentielles et originales de l'auteur, certes pas toujours faciles à lire.

Dans les Call girls, c'est une certaine atmosphère scientifique qui est stigmatisée. Participants des cours de Saas-Fee organisés par la Société Suisse d'Astronomie et d'Astrophysique, vous ne pourrez vous empêcher de faire des rapprochements et de mettre des noms!

Mais c'est surtout les Somnambules que nous retiendrons ici (disponible à bon prix sous le nº 2200 dans la collection du Livre de Poche). Ces grands hommes qui ont pour nom Pythagore, Héraclite, Tycho Brahé, Kepler, Galilée et Copernic sont disséqués et descendus de leur piédestal de quasi-dieux de la Science pour être présentés à une échelle bien plus humaine.

Certes Koestler a ses sympathies et ses antipathies, mais il est passionnant de le suivre dans son décorticage de la progression des idées que l'homme se faisait de l'univers, avec ses hésitations et ses replongées dans l'obscurité.

Merci, M. Koestler, de cette approche non-idéalisée et originale de la dynamique de la pensée scientifique et, surtout, merci de nous en avoir fait part!


(Le Ciel 45, mai 1983, 111-112)


Go to the Potins d'Uranie main page.
Go to AH's main page.