CollaboPM_C.gif (5782 octets)
1998                                                                                                          3-Vie


Dr. L. Dossey


La biodanse 

 Notre corps physique se renouvelle de la même manière que nos cheveux et nos ongles repoussent. Nous sommes en mouvement. Il y a cinq ans, nous n’existions pas, tous nos atomes ont été remplacés entre-temps. Ici,  aujourd’hui, complètement disparu dans cinq ans, renouvelé jusqu’au dernier atome, nous ne durons que par la forme qui nous est donnée en fonction de notre plan génétique. C’est de la terre elle-même que nos pièces de rechange viennent en un flot ininterrompu. Les atomes de carbone de mon corps ont déjà appartenu à la terre, et lui retourneront un jour, seulement pour être échangés contre des atomes identiques. Plus tard, aussi invraisemblable que cela paraisse, ils pourraient même revenir dans mon corps. Ou encore, ils pourraient se fixer pour un temps dans le corps de quelqu’un d’autre —ou de quelque chose  d’autre— dans une ronde sans fin, la «biodanse», la danse de la vie.

 La biodanse  —l’échange ininterrompu d’éléments entre les êtres vivants et la terre elle-même—se déroule en silence, ne nous laissant aucunement soupçonner ce qui se passe. C’est une danse de derviches : animée, préméditée et disciplinée. et tous les êtres vivants y participent.

 Ces observations défient carrément toute définition selon laquelle notre corps serait statique. Même nos gènes, notre prétention à l’individualité biologique, ne cessent de se dissoudre et de se renouveler. Nous sommes en équilibre constant avec la terre. Mais on peut étendre encore plus loin les limites de notre corps. On sait que certains de ses éléments, tels le phosphore des os, ont été formés à une époque reculée dans l’évolution de notre galaxie. Comme bien des éléments de la croûte terrestre, le phosphore a tourné pendant les vies de plusieurs étoiles avant d’apparaître sur terre, pour aboutir dans nos corps.

 Il n’existe donc pas de corps strictement borné. Le concept d’un moi physique qui serait fixé dans l’espace et  qui durerait dans le temps ne cadre pas avec notre connaissance des riches connexions entre les organismes vivants et le monde qui les entoure. Nos racines sont profondes : nous sommes ancrés aux étoiles.

Dossey, Dr.Larry, L’espace, le temps et la santé , Québec/Amérique, Montréal 1990, pp.121-2.

Vie