CollaboPM_C.gif (5782 octets)
1998-2005                                             2-La Personne      


Lexique   

Glossaire:

* Acide ribonucléique , ARN (RNA) : Molécule présente dans toutes les cellules vivantes. Constitution : Sucre Ribose, Acide phosphorique et Bases (Adénine, Guanine, Uracile, Cytosine). Localisés surtout dans le réticulum endoplasmique (RE, membranes intracellulaires) constituant les Ribosomes. Petite quantité libre dans le cytoplasme. Rôle principal : transport des Acides Aminés à leur emplacement spécifique pour la synthèse des Protéines (ARN de transfert). ARN messagers codés dans le noyau transportent le message du génome (inscrit sur les ADN) aux Enzymes catalysant la synthèse des protéines dans le cytoplasme .

* Acide désoxyribonucléique , ADN (DNA) : Molécules des caractères génétiques situées dans le noyau cellulaire. Constitution : Sucre Désoxyribose, Acide phosphorique et Bases (Adénine, Guanine, Thymine, Cytosine). Forment une double chaîne hélicoïdale où les deux brins sont complémentaires (nucléotide Adénine vs nucléotide Thymine (A-T) et nucléotide Cytosine vs nucléotide Guanine (C-G)). Les ARN-m sont synthétisés au contact des ADN et leurs  chaînes sont complémentaires des fragments ADN. (Fig.)

* Amygdale (noyau amygdalien, archistriatum) : Fait partie, avec l'hippocampe, du vieux cerveau et envoie des fibres aux noyaux du septum. L'ensemble constitue un relais capital d'association entre rhinencéphale, cortex viscéral, thalamus et hypothalamus. C'est ce qui forme le circuit de Papez.

* Apoptose BIOL Destruction physiologique des cellules, normale ou pathologique. (réf.)

* Asservissement :  TECH Réaction d'un organe ou d'un système sur les circuits de commande, assurant une régulation; dispositif utilisant une telle réaction.

Cerveau Anatomie (Médecine et Santé)

Cerveau(x) Émotionnel(s)? (McGill, Montréal)

Cerveau Neuro-Anatomie fonctionnelle 1 : Illustrations (B. Boutillier, G. Outrequin)

Cerveau Neuro-Anatomie fonctionnelle 2 : Texte (B. Boutillier, G. Outrequin)

* Cerveau et Régions (A. Meyer)

Chimie, Tableau Périodique (Wikipedia: http://www.ptable.com/?lang=fr#Writeup/Wikipedia

Clonage :   Source : AFP/NIH/MRC

Coeur :  

Cohérent, ente : 1. Qui offre de la cohésion, dont les parties sont liées logiquement entre elles. Ensemble cohérent. Raisonnement cohérent. 2. Didac. Dont les éléments sont étroitement unis. Syn. homogène 

* Cybernétique : Ensemble des théories et des études sur les systèmes considérés sous l'angle de la commande et de la communication. (La cybernétique trouve des applications dans l'industrie, en biologie, en art. L'informatique est une application de la cybernétique). La cybernétique est "L'art de rendre efficace l'action" (L. Couffignal).

* EEG (ondes électroencéphalographiques) : Enregistrement des ondes de l'activité électrique du cerveau par des électrodes enfoncées en différentes régions du cerveau (stéréotaxie), ou au niveau de la calotte crânienne (E.E.G.).
    Ondes amples et lentes: repos fonctionnel, ou souffrance.
    Ondes de faible amplitude et de rythme rapide: forte activité neuronale.
    Rythme Alpha: fréquence 6 à 15 cycles / sec. (moyenne 10/sec) chez l'individu au repos, disparaît à l'ouverture des yeux.
    Rythme Thêta: fréquence 4 à 7 cycles / sec. d'amplitude moyenne: caractéristique de l'activité de l'hippocampe.
    Rythme Delta: fréquence 1 à 3,5 cycles / sec. généralement liée à une souffrance cérébrale.
        La crise d'épilepsie fournit des enregistrements  avec des pointes de haut voltage suivies d'ondes (pointe-onde).
        Au sommeil, deux phases: -sommeil prédominant : ondes amples et lentes
                                                 -sommeil paradoxal : ondes de faible amplitude et de rythme rapide (ressemble à l'éveil)
        Au cours des comas: ralentissement du tracé jusqu'à EEG plat.

* Endocastes : Il s'agit de moulages de l'intérieur d'un crâne fossilisé permettant de se faire une idée de la forme du cerveau contenus dans ce crâne (moulages endocrâniens)

* Ensemble  n. m :. || MATH Collection d'objets ou d'identités (les éléments) désignés par le même  mot ou la même expression. Ensemble des entiers  naturels (0, + 1, + 2...). Théorie des ensembles: la partie des mathématiques qui étudie les propriétés des ensembles

Encycl. Hachette
   Math. - Un ensemble peut être défini soit par la connaissance individuelle de ses éléments (ensemble des élèves d'une classe), soit par l'énoncé de propriétés restrictives caractérisant l'élément générique au sein d'un ensemble plus vaste (ensemble des Français nés entre le 1er janv. 1959 et le 31 déc. 1962). La théorie des ensembles est due au mathématicien Cantor (1880). Approfondie depuis, elle est devenue l'un des fondements des mathématiques en donnant à toutes ses branches une base commune de travail. On considère surtout les opérations portant sur les ensembles de nombres: ensemble N des entiers naturels, ensemble Z des entiers relatifs, Q des nombres rationnels,
R des nombres réels. La théorie des catégories, introduite en 1945, est une généralisation de la théorie des ensembles. Une catégorie est formée d'une classe, notée Ob (C), dont les éléments sont appelés objets de C, et d'une classe, notée Mor (C), dont les éléments sont appelés morphismes.
Par exemple, la catégorie des ensembles est la catégorie dont les objets sont les ensembles et dont les morphismes sont les applications.

* Entropie : L'entropie est le second principe de la thermodynamique (principe de Carnot) où le passage d'une forme d'énergie à une autre procède de façon à ce que l'énergie totale capable de produire du travail diminue. Il existe deux formes d'énergie: l'énergie cinétique qui anime les molécules de mouvements désordonnés, proportionnelle à la température et nulle au zéro absolu, et l'énergie potentielle qui peut se transformer en énergie cinétique, en se présentant sous les formes de position, électrique, calorique, chimique et lumineuse. L'énergie cinétique est une forme dégradée dans les niveaux hiérarchiques de l'énergie.

* Enzyme,  n.f. :BIOCHIM.  Biocatalyseur protéique qui active une réaction biochimique spécifique.

Encycl.  Chaque enzyme est spécifique d'un substrat, c'est-à-dire d'une molécule. 1. Les réactions de dissociation de liaisons décomposent les grosses molécules organiques non assimilables par l'organisme en leurs molécules constitutives élémentaires. 2. Les réactions de synthèse, intracellulaires, reconstituent, à partir des molécules élémentaires, les macromolécules (protéines, par ex.) dont la cellule a besoin. La biosynthèse des enzymes est génétiquement contrôlée. Les enzymes constitutives existent dans les cellules à un taux constant; les enzymes adaptatives font l'objet d'une synthèse induite par leur substrat. Les anomalies enzymatiques (enzymopathies), quantitatives ou qualitatives, sont déterminées par des mutations génétiques.  (Hachette)

* Hippocampe (formation hippocampique, archicortex) : ANAT Circonvolution de l'hippocampe : cinquième circonvolution du lobe temporal de l'encéphale. (Hachette).
  
Partie du vieux cerveau des mammifères, il dessine un anneau entourant le seuil de l'hémisphère. Sa scissure le sépare du néocortex. Chez les vertébrés inférieurs, est en relation avec le système olfactif. Chez les mammifères supérieurs et l'Homme, est un des éléments essentiels de relation du néocortex avec les formations cérébrales anciennes pour des mécanismes complexes moteurs et végétatifs. Son fonctionnement domine l'affectivité (émotions) et les processus de mémoire (circuit de Papez)

* Hypothalamus (ou cerveau reptilien) ANAT Région du diencéphale située sous le thalamus et au-dessus de l'hypophyse. L'hypothalamus joue un rôle fondamental dans les mécanismes du sommeil, l'activité sympathique (mécanisme de l'eau, des glucides et des lipides) et la thermorégulation. (Hachette)
   
Contient les centres essentiels de la vie végétative qui régularisent les équilibres (soif, métabolismes, thermorégulation), la  pression artérielle, les pigments, le sommeil. Ils gouvernent également la fonction hormonale des glandes génitales.
    La région antérieure (dite trophotrope) de l'hypothalamus contenant trois noyaux ralentit la respiration et abaisse la pression artérielle. Sa région postérieure (dite ergotrope) contenant aussi trois noyaux a un effet hypertenseur et accélérateur. Sa stimulation provoque une libération d'adrénaline par les glandes surrénales.

* Médecine (Larousse) :
   
* Médecine générale : médecine qui s'occupe de toutes les pathologies et de l'ensemble de l'organisme. (Larousse)
   * Médecine homéopathique : Méthode thérapeutique basée sur la similitude entre les symptômes provoqués chez l'homme sain par une substance et les symptômes du malade, et sur la prescription de doses très faibles de cette substance (par opposition à allopathie). (Larousse)
   * Médecine allopathique : Nom que les médecins homéopathes donnent à la médecine officielle moderne (par opposition à homéopathie). (Larousse)
   
* Psychiatrie : Spécialité médicale dont l'objet est l'étude et le traitement des maladies mentales, des troubles psychologiques.
Les causes des désordres mentaux sont mal connues et discutées, mais, semble-t-il, multiples (biochimiques, psychologiques, sociales, etc.) et différentes d'un cas à un autre. Les principaux troubles, outre l'anxiété et la dépression, sont les névroses, les psychoses, les personnalités pathologiques, les toxicomanies, ainsi que les démences. Les traitements actifs sont les psychothérapies et les médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs, neuroleptiques, etc.). (Larousse)

* Médecine des Émotions (David Servan-Schreiber) : 7 méthodes de médecine complémentaire in Guérir et extraits du travail .

* Médiateurs chimiques : Substances synthétisées dans le corps du neurone et transportées dans l'axone jusqu'à sa terminaison où elles sont stockées dans des vésicules ou granules. L'arrivée de l'influx déclenche la libération du médiateur chimique dans l'espace intersynaptique. C'est le médiateur qui dépolarisera (excitation) ou hyperpolarisera (inhibition) la membrane postsynaptique pour déclencher la propagation ou l'inhibition de l'influx nerveux.
    Le nombre des médiateurs est discuté. Beaucoup de médiateurs ne sont probablement que des « modulateurs » de l'activité métabolique neuronale et gliale.
    L'acétylcholine et l'acide glutamique sont cependant des médiateurs d'excitation centrale. L'acide gamma aminobutique et la glycine les médiateurs de l'inhibition centrale.
    Noradrénaline, dopamine, sérotonine, ne seraient probablement que des neuromodulateurs.

* Mésencéphale : Cerveau moyen. Constitue chez les poissons et les reptiles un cerveau primitif. Les voies sensitives y aboutissent et la majorité des influx moteurs en partent. Chez les mammifères, il devient une région intermédiaire.

* Mitochondries : Organites intracellulaires (Fig). Sont siège des mécanismes biochimiques principaux permettant l'utililisation de l'oxygène comme accepteur d'électrons à l'extrémité des chaînes biocatalytiques. La structure permet les réactions du cycle de Krebs.

* Négentropie : négation de l'entropie.

* Neurone : Cellule avec plusieurs prolongements par lesquels elle contacte parfois plusieurs milliers d'autres neurones. Un de ces prolongements est l'axone (ou cylindraxe) souvent plus long que les autres qui sont les dendrites, qui se divise en filaments terminés par un bouton terminal. Celui-ci contacte un autre neurone au niveau de son corps cellulaire (soma) ou de ses dendrites dans une zone appelée synapse. L'influx nerveux parcourt le neurone des dendrites vers le soma, et du soma vers l'axone (Synapses) Voir : Le Neurone : la cellule branchée (David Laflamme, 1998)

* Névroglie : Cellules qui ne conduisent pas l'influx nerveux, mais entourent les neurones et les séparent des vaisseaux sanguins. Rôle de nutrition des neurones. Pourraient contrôler l'activité fonctionnelle des neurones et intervenir sur la propagations de l'électrogenèse.

* Névroses : Maladies mentales « mineures » relativement aux psychoses avec troubles subjectifs prépondérants et échafaudage de procédés plus ou moins artificiels et inconscients contre l'angoisse. On distingue une névrose indifferenciée (névrose d'angoisse) et des névroses différenciées (névrose phobique, hystérique et obsessionnelle) (Réf. Ey)

* Paléocéphale : Cerveau intermédiaire (mésencéphale) constitué surtout par le striatum

* Pneumograstriques (nerf vague) : Nerf principal du système parasympathique (Xè paire crânienne). Neurones d'origine dans le bulbe. Relais ganglionnaires situés généralement dans l'organe effecteur lui-même (et non dans la région paravertébrale comme dans le système sympathique). Les fibres pré- et post- ganglionnaires libèrent à leur terminaison le même médiateur; l'acétylcholine. Le vague innerve la plupart des viscères : ralentit le coeur, constricte vaisseaux coronaires, bronches, oesophage, estomac, instestins, relâche sphincters. Activité antagoniste de celle du sympathique adrénergique.

* Prion :  (Lara Solforosi ,  Janvier 2004)           

Le prion est une protéine dont la forme dénaturée serait à l'origine de maladies neuro-dégénératives telles que la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), ou l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Toutes ces pathologies se traduisent par une détérioration inéluctable du tissu cérébral qui ressemble de plus en plus à une éponge.

* Psychoses : Affections mentales caractérisées par une désintégration de la personnalité, avec troubles de la perception, du jugement, du raisonnement, dont le malade n'a pas conscience. Les psychoses sont généralement durables, mais peuvent comporter des périodes de lucidité. Elles sont peu influencées par la psychothérapie. Elles comprennent entre autres la schizophrénie, les démences, et la psychose maniaque dépressive.

* Psychotropes : Substances d'origine naturelle ou artificielle capables de modifier l'activité mentale et dont l'action essentielle s'exerce sur le système nerveux central et le psychisme. Les psychotropes sont divisés en trois groupes : les psycholeptiques (hypnotiques, neuroleptiques et anxiolytiques), les psychoanaleptiques (antidépresseurs et psychotoniques) et les psychodysleptiques (hallucinogènes).

* Quantum , plur. Quanta : PHYS Plus petite quantité d'une grandeur physique susceptible d'être échangée. Théorie des quanta.

    Encycl. PHYS. - La théorie des quanta, établie en 1900 par Planck*, a permis d'expliquer l'effet photoélectrique: lorsqu'un photon (alors nommé "quantum de lumière") frappe l'atome d'un  métal, il chasse un électron si son quantum d'énergie, et donc sa fréquence, est supérieur à une certaine valeur. La théorie des quanta a conduit Bohr* à proposer un modèle de l'atome dans lequel les électrons périphériques occupent des niveaux d'énergie correspondant à des valeurs déterminées; lorsqu'un électron passe d'une orbite à une autre, c.-à-d. d'un niveau d'énergie à un autre, il émet un rayonnement. À la suite de Louis de Broglie*, qui effectua la synthèse entre la théorie corpusculaire et la théorie vibratoire de la lumière (mécanique ondulatoire), Heisenberg* jeta les bases de la mécanique quantique, qui rejeta l'image de particules se déplaçant sur des trajectoires bien déterminées. La mécanique quantique a permis l'essor de la physique nucléaire.  (Hachette)

* Résilience : La résilience est un concept qui vient de la physique. Il se réfère à la capacité d ‘un matériau qui a subi un choc de reprendre sa forme originale. L'homme croit en une autre vie malgré tout ce qu est arrivé auparavant. Il peut donc y avoir blessure mais il s'agit de permettre de continuer le développement de l'homme. Cela revient finalement à la capacité d'une personne ou d'un système social de bien se développer malgré des conditions difficiles, des dimensions de résistance. « Le résilient dit oui à la vie, là où la vie lui a dit non ». Boris Cyrulnik est un psychiatre et un homme très médiatisé suite à tous les ouvrages qu ‘il a écrit sur des sujets souvent mal compris. ...  Boris Cyrulnik.: Les vilains petits canards

* Rétroaction : 1. Didac. Effet rétroactif. 2. Syn. (officiellement recommandé) de feed-back. TECH Action exercée, après une perturbation, sur les valeurs d'entrée d'un système cybernétique par les valeurs de sortie, et qui rétablit les valeurs initiales. || BIOCHIM Action en retour exercée par un mécanisme biochimique sur lui-même et qui assure son autorégulation.

* Sclérose en plaques : (SEP) est une maladie inflammatoire, une des maladies inflammatoires du système nerveux central, une leuco-encéphalomyélite.

* Servomécanisme : TECH Dispositif qui réalise automatiquement un asservissement.

* Splanchniques : Grands et petits splanchniques naissent de la colonne sympathique de la moelle (corne latérale) entre le 5è et 10è segment. Leurs fibres traversent les ganglions sympathiques paravertébraux sans y faire relais et se réunissent en troncs distincts. Ces fibres préganglionnaires sont cholinergiques (libération d'acétylcholine à leur terminaison) se jettent dans les ganglions semi-lunaires. Certaines y font relais, d'autres rejoignent directement la région médullaire des glandes surrénales (sécrètant adrénaline et noradrénaline dans le sang). 

* Striatum (noyaux striés, noyau caudé) : Ensemble de noyaux (noyau caudé, noyau lenticulaire lui-même divisé en un noyau externe, le putamen, et deux noyaux internes, le pallidum) qui entourent le thalamus dont ils sont séparés par la capsule interne (fibres blanches du conduction). Forment une barrière entre l"écorce cérébrale et les structures nerveuses sous-jacentes.
    Ce cerveau intermédiaire peut jouer, seul,  un rôle de centre à l'égard de fibres afférentes et efférentes indépendantes du système cortical. Les afférences au thalamus peuvent être projetées sur des centres d'efférences (noyaux striés) par des voies thalamostriées. Ce système forme un ensemble réflexe autonome individualisé anatomiquement et physiologiquement.
    Les noyaux striés constituent un cerveau moteur primitif. Ils se divisent en deux masses: le pallidum (paleostriatum) et le striatum (neostriatum). Le pallidum comprend les deux noyaux internes du lenticulaire tandis que le striatum comprend le noyau caudé et le putamen (noyau externe du lenticulaire).(Fig.065)

* Structure : 1. Manière dont un édifice est construit. Cette mosquée a une belle structure. || Cour. Ce qui soutient qqch, lui donne forme et rigidité; ossature. La structure métallique d'un fauteuil. 2. Agencement, disposition, organisation des différents éléments d'un tout concret ou abstrait. Structure d'un organisme, d'une plante. Structure du relief terrestre, de l'atome. Structure d'une phrase, d'un discours, d'une langue. Structure d'une société. Syn. constitution, contexture, forme. 3. Organisation complexe considérée sous l'angle de ses principaux éléments constitutifs. Structures administratives. 4. PHILO et didac. Système, ensemble solidaire dont les éléments sont unis par un rapport de dépendance. 5. MATH Propriété d'un ensemble qui satisfait à une ou plusieurs lois de composition. (Larousse)

* Surrénales : Glandes à sécrétion interne au pôle supérieur des reins. Deux régions: médullaire et corticale.
    La région médullaire sécrète surtout l'adrénaline (stimulée par les splanchniques) et la noradrénaline.
    La région corticale sécrète les hormones corticosurrénales. Les glucocorticoïdes agissent sur le métabolisme cellulaire du glucose et sont de type cortisol (hydrocortisone). Les minéralocorticoïdes agissent sur la concentration des tissus et humeurs en sels minéraux et eau, et sont de type desoxycorticostérone (DOC).
    La sécrétion des corticoïdes surrénaux dépend d'une hormone de l'antehypophyse (ACTH), elle-même mise en jeu par l'hypothalamus.

* Synapse : Point de contact entre deux neurones, barrière que doit traverser l'influx nerveux. Le bouton d'un axone s'y trouve en présence du corps ou d'une dendrite de neurone suivant. L'influx doit traverser un espace synaptique de 20 µ d'un neurone à l'autre. Il en résulte un léger retard à la transmission, le délai synaptique d'environ 0,5 millième de seconde. L'influx franchira l'espace synaptique grâce aux médiateurs chimiques

Système : Ensemble cohérent de notions, de principes liés logiquement et considérés dans leur enchaînement

Système Cardiovasculaire

* Système Limbique (ou rhinencéphale) Partie du système nerveux central qui se situe à sa base et qui comprend la région septale, le fornix, l'hippocampe, le complexe amygdalien et les cortex insulaire et fronto-orbitaire postérieur. Le S.L. est cette région du paléocéphale, l'encéphale ancien où se fixent les faits mémorisés. Rôle prédominant dans les réactions affectives, les motivations inconscientes, non contrôlées par l'activité associative du néo-cortex. (voir: Lobe Limbique, Corps Calleux,  Corps Cingulaire, Circuit Limbique et Système Limbique)

* Tableau Périodique des Éléments CHIMIE , Impression PDF, PS

* Tableau Périodique et Propriétés des Éléments (Lenntech, U. tech. de Delft, Pays-Bas)

* Thalamus ANAT Couple de volumineux noyaux de substance grise situés de part et d'autre du troisième ventricule du cerveau antérieur et qui servent de relais pour les voies sensitives. (Hachette)
Ce centre sensitif du paléocéphale est constitué de noyaux phylogénétiquement distincts.
1- Le paléothalamus (noyau sensitif ancien) reçoit la majorité de ses afférences du tronc cérébral et conserve des connexions avec les noyaux striés.
2- Le néothalamus repose sur le précédent, en reçoit ses afférences et envoie ses afférences vers l'écorce cérébrale.
3- L'archithalamus (formation réticulaire thalamique grise et diffuse qui enveloppe et traverse les deux précédents) serait le vestige de la paroi primitive du diencéphale des poissons ou des reptiles. (A. Delmas) 
Illustrations: 1, 2

Biochimie (formules):

* Cycle de Krebs : Voir Cycle Krebs

* ATP (Adénosine TriPhosphate, C10H16N5O13P3)
(réserve d'énergie immédiatement utilisable chez le vivant)

* Ribose (C5H10O5)
Ribose24259-59-4.gif (1322 octets)
(sucre du RNA)

* Désoxyribose (Deoxyribose, C5H10O4)
Deoxyribose533-67-5.gif (1285 octets)
(sucre du DNA)

* Adénine (A, Ade, 6-Amino purine, Vitamine B4, C5H5N5)
Adenine73-24-5.gif (1380 octets)
Base ARN (A-U), ADN (A-T)

* Guanine (G, Gua, 2-amino-6-oxy purine, C5H5N5O)
Guanine73-40-5.gif (1447 octets)
Base ARN, ADN

* Uracile (U, 2-dioxy pyrimidine, C4H4N2O2)
Uracil66-22-8.gif (1271 octets)
Base ARN (A-U)

* Thymine (T, Thy, 2,4-dihydroxy-5-methyl pyrimidine, C5H6N2O2)
Thymine65-71-4.gif (1307 octets)
Base ADN (A-T)

* Cytosine (C, Cys, 2-oxy-4-amino pyrimidine, C4H5N3O)
Cytosine71-30-7.gif (1262 octets)
Base ARN, ADN

* Acétylcholine (Ach, C7H16NO2)
Médiateur d'excitation centrale

* Acide glutamique (Glu, E, L-Glutamic Acid, C5H9NO4)
GlutamicAcic56-86-0.gif (1383 octets)
Médiateur d'excitation centrale

* AMPA (R,S-alpha-Amino-3-hydroxy-5-methyl-4-Isoxazoleproprionic Acid, C7H10N2O4)
AMPA_CS46612.gif (1467 octets)  Médiateur de récepteurs d'hippocampe

* GABA (Acide gamma aminobutique, 4-Amino-n-butyric Acid, C4H9NO2)
GABA56-12-2.gif (1181 octets)
Médiateur d'inhibition centrale

* Glycine (Gly, Aminoacetic Acid, Glycocoll, free base, C2H5NO2)
Glycine56-40-6.gif (1106 octets)
Médiateur d'inhibition centrale

* Sérotonine (5-HT, C10H12N2O)
Neuromodulateur central

* Dopamine (DA, 3-Hydroxytyramine, 3,4-Dihydroxyphenethylamine, Intropin, C8H11NO2)
Dopamine51-61-6.gif (1370 octets)
Neuromodulateur central

* Noradrénaline (Norépinéphrine, NA, NE, C8H11NO3)
Neuromodulateur central

* Adrénaline (L-Épinéphrine, C9H13NO3)
Adrenalin.gif (1501 octets) Sécrétion des surrénales

* Gamma OH (GHB, g OH, C4H8O3)
GammaOH_GHB.gif (1225 octets)
facteur de repos (hyperpolarisation) du cortex

* Chlorpromazine (Chloropromazine, Thorazine, Ormazine, Largactil, C
17H19ClN2S)
ChlorpromazineGIF50-53-3.gif (1731 octets)
Phénothiazine qui potentialise (facilite) l'anesthésie et réduit le choc opératoire.
Autres effets : désintéressement chez un sujet normal, antihémétique (empêche vomissement) et antihistaminique (empêche urticiaire et allergies) 

* Clozapine (Clozaril, Leponex, Diazépine, C18H19ClN4)
Clozapine5786-21-0.gif (1920 octets)
antipsychotique (schizophrénie) sans les effets secondaires du Largactil 

* Curare (Tubucurarine, C39H46N2O5)
Curare.gif (2661 octets) Alcaloïde empêchant le transfert d'influx aux  muscles squelettiques

* PCP (Angel Dust ; PCPY ; phencyclidine ; PHP ; Sernyl ; Sernylan ; C17H25N )
  Augmente les effets psycholexiques de canabis

 

* THC ( Résine de Cannabis ; Ganja ; Hashish ; Tetrahydrocannabinol ; C21H30O2 )
    Constituant principal de la marijuana. Stimulant de l'appétit. Antihémétique. Huile visqueuse brune, semi-solide amorphe.

* Tréhalose (alpha, a-D-Trehalose, C12H22O11)
Trehalose 99-20-7.gif (1986 octets)
Sucre remplaçant l'eau des membranes cellulaires en certaines situations


Accueil